Rives et rivages d’Armorique

La commune de Landerneau

Au croisement du Léon et de la Cornouaille, entre mer et rivière, le charme de la ville de Landerneau, cité de la lune, invite à la flânerie et sait séduire les visiteurs.

Membre de l’Union des Villes d’Art et d’Histoire de Bretagne, Landerneau, « Ville Historique », a su préserver son patrimoine, qui témoigne de la richesse de la cité portuaire, au temps du négoce des toiles de lin.

Le pont de Rohan

Le Pont de Rohan est l’un des derniers ponts habités d’Europe. Sous ses arches, les eaux douces de l’Elorn flirtent avec les eaux salées de la mer. De part et d’autre, les ruelles, chargées d’histoire, se découvrent pas à pas, au gré de la multitude d’édifices remarquables qui jalonnent la ville : les maisons des 16ème et 18ème siècles, les églises St-Thomas et St-Houardon.

Le musée de plein air à Landerneau vous invite à découvrir le patrimoine de la ville, le long de ses ruelles pavées.

Fleuron du patrimoine landernéen, le pont de Rohan est l’un des rares et derniers ponts habités d’Europe. Reposant sur six arches, le pont enjambe l’Elorn, marque le lien entre la mer et la rivière (la marée montante parcourant aisément les 10 km qui séparent l’estuaire de l’Elorn à la rivière) et établit la limite entre le Léon (au nord) et la Cornouaille (au sud).

La première mention du pont remonte à 1336. Il ne s’agissait alors que d’un simple pont de bois, mais en 1510, Jehan II, Vicomte de Rohan, reconstruit le pont en granit de kersanton et entreprit de le garnir de constructions : un moulin, une pêcherie, une chapelle, une salle de garde et une prison sont alors édifiés.

Donnant sur une rue très fréquentée, la présence de la prison posaient quelques inconvénients aux nombreux passants, et la sécurité n’était que sommaire, car les prisonniers parvenaient à s’en évader en décollant les lames du parquet et en plongeant dans l’Elorn.

Au 17ème siècle, des petites maisons sur pilotis sont venues garnir le pont. Malheureusement, en 1825, un spectaculaire incendie ravagea une partie des bâtiments du pont. Le moulin, qui a subsisté à l’incendie fut détruit en 1897 et remplacé par une grande maison au début du 20ème siècle.

La Maison Gillart

À noter la présence de la « Maison Gillart », édifiée en 1639, qui a gardé des éléments d’architecture gothique et dont la façade, de style Renaissance, est en pierres de Logonna.